Chanteuges
10 °C / Nuageux
Vent: S de 18 km/h
Humidité: 66%
  • Auj
    1/6 °C
  • Ven
    0/9 °C
  • Sam
    6/10 °C
  • Dim
    0/6 °C

Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier

Curiosités

Pourquoi favoriser l’implantation de certains insectes ?



TELECHARGER LE DESSIN POUR LE COLORIER

La pollinisation est réalisée de façon quasi chirurgicale à 80% par ces derniers ! La diffusion du pollen par le vent est bien plus aléatoire. Le fait d’avoir plus d’insectes augmente la diversité des plantes et inversement…

L’installation d’un « Hôtel à insectes » place de Canteughol a donc toute sa justification. Avec peu de matériel et dans un espace restreint, il est aisé à chacun de réserver un coin de son jardin afi n d’y attirer et maintenir ces auxiliaires du jardinier.

Les pollinisateurs d’abord, papillons à qui s’adresse la partie sommitale de l’abri pour leur hibernation, abeilles sauvages et solitaires (Osmie) sans oublier les nombreuses races de bourdons seront les hôtes des tiges creuses de bambous, sureaux et noisetiers. Les prédateurs ensuite, chasseurs insatiables de pucerons, aleurodes et autres cochenilles comme les coccinelles et leurs larves, les chrysopes (mouches aux yeux d’or), les perce-oreilles trouveront refuge à différents niveaux dans les matériaux proposés.

Enfin dans les souches d’arbres nous abriterons nos chers carabes (dorés ou pas) grands consommateurs de limaces et escargots.
Nous avons également tenu à positionner un composteur,certes rudimentaires mais au demeurant très effi cace, pour y rassembler les déchets végétaux produits sur place ou à proximité. Un panneau explicatif viendra à terme compléter le dispositif. Nous avons déposé des écorces, pignes de pin, cartons, journaux, tiges de bois à moelle, et paille et pin aimablement cédés par Lili ! (l'âne de Nanou)
L’hôtel à insectes, construit sur la base d’un vieux sommier récupéré à la déchetterie et le composteur constitué de 4 palettes ont permis de recycler du bois et de faire un nouveau geste éco-citoyen.

« Une cabine téléphonique est un endroit clos entouré de vitres situé sur l'espace public (typiquement, le trottoir), muni d'un téléphone permettant d'émettre des communications qui sont réglées avec une carte à puce (carte prépayée, carte bancaire) ou des pièces de monnaie. Sa fonction est de permettre à celui qui téléphone ou y reçoit un appel, de s'isoler du bruit ambiant, d'y tenir une conversation privée, tout en étant abrité des intempéries. »

Voici la définition de la cabine téléphonique, définition qui dans quelques années sera complètement obsolète puisque l’objet aura disparu de nos villages ! Mais pas à CHANTEUGES !

Le conseil municipal a en effet choisi de garder ce patrimoine communal et de l’utiliser pour un usage plus culturel mais qui tout comme l’utilisation du téléphone permet de garder le lien entre les gens.

Notre cabine téléphonique (place de Canteughol) est donc devenue une boîte à livres ! Le principe étant de partager la lecture, de le faire voyager…..

Nous avons construit le projet autour de la nature, et nous avons pour cela fabriqué des étagères avec un tronc central qui représente l’arbre de la connaissance, et nous l’avons peint aux couleurs des feuilles aux différentes saisons !

Cette arbre de la culture est symbolique tout comme le dessin sur la porte d’entrée de la cabine également dessiné par Jean-Marc. Il s’agit d’échanger des livres de manière libre et gratuite, de manière à leur donner une seconde vie et de les faire voyager

Bonnes lectures !

Comment ça fonctionne ? 

Je dépose
ou récupère

Un polar, un roman, une BD ou une revue... Pour petits ou grands.

Je veille

A ce que les livres soient en bon état

Je partage la lecture

J’ai aimé, j’en fais profiter quelqu’un d’autre

J’adopte le principe

Je lis, je garde, j’offre ou redépose ce livre ou un autre dans la boîte à livres



L’affiche de style pseudo-naïf « Aux racines du savoir germent les graines de la connaissance » symbolise plusieurs choses :

  • Les livres transmettent un savoir collectif, chacun d’entre nous a la possibilité de transformer ces savoirs en expérience et connaissance personnelle
  • Chaque livre a la même taille car un livre peu importe sa grosseur sa longueur pour avoir le même intérêt ou la même importance selon qui le lit ou l’utilise
  • La 2ième branche de l’arbre compte 9 ramifications se rapportant aux 9 muses des arts antiques et donc aux 9 arts admis (architecture, sculpture, peinture, musique, poésie, arts de la scène, cinéma, télévision et la bande dessinée)
  • Les autres branches en comportent 10 : le 10ème art étant le multimédia
  • Les fleurs en bout de chaque branche figurent les livres en attente d’écriture : les pages blanches à remplir !
  • L’enfant du premier plan représente la difficulté de l’apprentissage de la lecture
  • Les 2 autres montrent l’importance d’un bon professeur ou guide afin d’attraper les mots et de progresser dans l’apprentissage.
  • Les couleurs de l’arc en ciel indiquent l’universalité du savoir et de la connaissance

source ferrugineuse de Pourcheresse
source ferrugineuse de Pourcheresse
Ecoulement dans le petit ru voisin
Ecoulement dans le petit ru voisin
L
L'eau rouillée
Des panneaux indicateurs pour vous guider!
Des panneaux indicateurs pour vous guider!

Le porche de Bourleyre


L'eau ferrugineuse est une eau minérale riche en fer. Par cette propriété, on a longtemps donné à cette eau la capacité de prévenir ou guérir l'alcoolisme en produisant le fer apporté par l'alcool.

L'eau ferrugineuse, facilement rouge :

Lorsque le fer dissous dans l'eau s'oxyde, il engendre une couleur rouge, de la même façon qu'un objet en fer rouillera en cas d'oxydation. L'eau ferrugineuse, riche en fer, a donc plus de risque de virer au rouge.

Ce phénomène se produit dans la nature lorsque une eau souterraine, très minéralisée et riche en fer, s'oxyde et s'oxygène en atteignant la surface.

Pour découvrir cette curiosité:

Au départ de Bourleyre : 2 possibilités :

Emprunter « le chemin de la Riade » et le suivre jusque dans le bois de Pourcheresse en prenant toujours à gauche, une fois arrivé à l’endroit où vous devrez quitter le chemin pour entrer dans la forêt, un panneau indicateur vous guidera et vous trouverez la source sur la droite.

Vous pouvez aussi prendre « la rue du Fouganier » passer sous le porche, et descendre par le chemin de pierres jusqu’à la lagune, prendre à gauche le chemin qui longe la DESGES jusqu’au «Moulin bleu» et continuer sur le chemin qui remonte dans la forêt jusqu’au panneau indicateur.

 



Des grottes...

Ces grottes sont des cavités naturelles aménagées par des magdaléniens .Avec les instruments primitifs dont ils disposaient, ceux-ci n’auraient  pas pu entamer une roche aussi dure que le basalte. A l’état de fusion, celui-ci à englober quelques gros blocs de roche primitive (gneiss) qui après le refroidissement du magma volcanique se sont délités et ont été par la suite facilement creusés.

Les résultats  des différents sondages et examens effectués témoignent de la richesse et de la diversité  de l’occupation magdalénienne du secteur de Chanteuges.

Grotte de Laffont
Grotte de Laffont

Chanter une chanson, faire du sport, tout ce qui divertit et éloigne les gens de leurs propres problèmes est une bonne chose ! (Stan lee)

Si vous voulez « un appui » pour votre maintien en forme, rendez vous à la gravière sur « le parcours santé », rien ne sera fait à votre place, et vous serez bien  inspirés en suivant le trajet indiqué !

Certes 2 ou 3 panneaux ont subi l’effet du vieillissement, mais ils ont gardé la même efficacité !

Plateau d’équilibre, abdominaux, barres fixes …autant de sollicitudes pour des niveaux différents, mais n’oubliez surtout pas d’apporter un réconfort final que vous pourrez apprécier sur une des tables de pique nique à proximité !

C’est écrit : MARCHEZ ! COUREZ ! SOUFFLEZ !

N’attendez point de prescription de sport pour faire de l’exercice : (Edith Boukeu)

En longeant la rivière Allier, en face du village de Tatevin, l’on peut voir une ancienne masure en cours de restauration, à quoi a-t-elle servi ?

Un peu plus en amont ont existé simultanément, dès le 18ème siècle, un pont et un bac. Sur différents documents datant de 1848 puis 1863 le bac est encore répertorié, mais le 13 octobre 1872, les eaux l’emportent et le fracassent contre les rochers. On le retrouve en 1925 et 1928 subissant les visites techniques semestrielles .Ces procès verbaux le décrivent ainsi :

Un grand bac de 12,2m de longueur sur 2,35m de largueur, deux écopes, deux bourdes ferrées.

Les années suivantes les anciens se souviennent d’un bac servant au transport des personnes, de fourrage ainsi que d’animaux qui allaient paître sur l’autre rive.

Le bac a été remplacé par une barque dans les années 50, l’accès à Tatevin se faisant par le chemin de Benac (Benac avait lui également un bac).

L’abri servait de refuge au batelier, pour chaque passage les gens appelaient au bac et là le passeur intervenait.

Les travaux de restauration programmés en collaboration avec l’association «Défense du Patrimoine» sont réalisés par les Ateliers de la Bruyère (chantiers de réinsertion).

*Cassini à la fin du 18ème siècle appelle l’endroit «Tastevin» ou encore «La Nau» toponyme indiquant qu’il y avait là, dès les temps anciens, un bateau pour passer la rivière.

Document tirés du livre ponts de la Haute Loire

La fête du Fouaï de Chanteuges

Le dimanche de Pentecôte, on célèbre à Chanteuges la fête du Fouaï – Fête du Fou – aux origines très lointaines et qui survit tant bien que mal après avoir perdu, notamment dans la seconde moitié du 20ème siècle, beaucoup de son faste, de sa couleur et de son originalité.

Cette fête a bien lieu dans le Pré du Fou situé dans une anse de la Desges, au pied de la coulée basaltique qui domine le village.

Il semble avoir immémorialement servi chaque année à cette manifestation populaire.

Il est certes difficile de savoir comment se déroulait cette Fête du Fouaï dans un passé lointain. Dans sa version connue la plus achevée, pratiquée aux 18ème et 19ème siècles, on pouvait distinguer les phases suivantes :

  • La veille de Pentecôte, les jeunes classards se livrent à des aubades et quêtes, avec accompagnement de musique de fibres et tambours et grand bruit de pétards, dans les hameaux de la paroisse et jusqu’aux portes de Langeac ; ces aubades et quêtes se poursuivaient dans le bourg, notamment devant la demeure des notables, dans la matinée du dimanche avant la première messe
  • Après la première messe, les jeunes gens se rendaient, toujours dans le même cortège sonore, aux abords du Pré du Fou où ce dernier s’était au cours de la matinée soigneusement dissimulé dans les hautes herbes. Le cortège pénétrait dans le pré, en faisait le tour, recherchant méthodiquement le pauvre héros. Aperçu, le Fou essayait d’échapper à ses poursuivants, inévitablement cerné, était saisi, jeté à terre, traîné par les pieds. Volontairement libéré, il partait se cacher à nouveau et bientôt la même scène recommençait.

Les pauvres vêtements du "Fou" en étaient lacérés et cela pouvait aller jusqu’à un quasi-dénuement du personnage. Parfois, le "fou" était même jeté à l’eau dans la Desges.

  • Au terme du jeu, réconforté, correctement rhabillé, le Fou placé en tête du cortège qui, toujours dans la même ambiance exubérante de fifres, tambours, pétarade en tous genres, se rendait à l’église où le curé remettait aux jeunes gens une statue de la Trinité, portée par quatre d’entre eux.

Commençait alors une procession qui, de l’église, gagnait à nouveau le Pré du Fou où le curé donnait la bénédiction avec la croix processionnelle. Puis on reprenait en procession le chemin de l’église pour assister à la grande messe.

Lentement, cette fête si pittoresque s’est réduite et affadie. La longue procession, depuis l’église, jusqu’au Pré du Fou puis de ce pré à l’église, a disparu, sans doute à la suite de la loi de séparation de l’église et de l’Etat (1905), remplacée toutefois, jusque dans les années soixante, par une procession de l’église à la statue de la Vierge érigée à l’extrémité du roc : quatre jeunes gens portaient encore la très originale statue de la Trinité (sans doute du 14ème siècle). Mais la fragilité de cette œuvre d’art, a fait interrompre cette procession originelle.

La fête du FOUAI ou -fête du Fou- a pris la forme d’une fête champêtre qui se pratique de nos jours à la Pentecôte. Il reste quatre types de cette fête en France en Anjou, dans l’Ain, à Thuringe et à Chanteuges.