Chanteuges
26 °C / Ensoleillé
Vent: N de 11 km/h
Humidité: 32%
  • Auj
    13/20 °C
  • Mer
    9/17 °C
  • Jeu
    10/17 °C
  • Ven
    10/17 °C

Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier

"Village remarquable

Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier
Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier

"Au coeur de la Vallée de l'Allier"

Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier
Mairie de Chanteuges dans le Haut-Allier

Cette année le Fouaï ne sera pas tombé à l’eau !

01/06/2020
Cette année le Fouaï ne sera pas tombé à l’eau !

Cette année le Fouaï ne sera pas tombé à l’eau !

La municipalité fraîchement élue décide de faire perdurer la tradition du FOUAÏ

qui n’aurait pu survivre avec l’absence de fête patronale à Chanteuges !

En effet le week end de Pentecôte est chaque année jours de fêtes à Chanteuges, mais l’année 2020 est une année particulière pour l’organisation des manifestations : la plupart a été annulée pour freiner la propagation du SARS-CoV-2 !

Mais Chanteuges possède avec sa fête du Fouaï une tradition ancestrale et multiséculaire.

En effet, la légende raconte qu’au Moyen-âge (XIIIe ou XIVe siècle) la marquise de Bénac ayant un neveu entré dans les ordres au monastère de Chanteuges, autorisa, pour distraction, les moines de Chanteuges à fouler un pré situé entre Desges et Allier à la date de la Pentecôte.

Cette tradition perdura années après années. A la disparition de la confrérie monastique, cette tradition fut poursuivie par les classards de la commune qui faisaient ainsi une dernière fête au village avant leurs départs pour servir la France sous les drapeaux. Au fil du temps et avec la suppression du service militaire, la tradition du Fouaï a été assurée par les jeunes gens de la commune en complément des aubades de la Fête patronale de Pentecôte.

Les mémoires de quelques Chanteugeois férus d’histoires et de coutumes locales rapportent qu’à l’origine cette servitude était composée d’un foulage du pré durant 9 tours par les moines puis plus tard par les classards. Durant la grande guerre, le départ de « nos enfants de la commune» pour servir la France au conflit, a conduit à la suspension de la tradition du Fouaï ainsi la servitude a perdu 3 tours ; il ne restait donc que 6 tours de foulage du pré.

Une seconde année d’interruption a engendré le retrait de 3 autres tours, ne laissant que 3 ultimes tours de foulage à la fête du Fouaï. Ainsi toute nouvelle interruption entraînerait le retrait des 3 derniers tours et donc l’extinction de cette tradition.

Au cours du siècle dernier, à plusieurs reprises (départ des conscrits aux conflits de la seconde guerre mondiale ou dans le maquis de la Résistance, absence de classards, . . . ) la continuité de la tradition a été assurée par les anciens de la commune.

Alors cette année 2020, Julien nous interpelle : Que va devenir la fête du FOUAÏ ? Ne laissons pas perdre cette sympathique chasse dans le pré ! Car il s’agit bien de chasse  en effet: Un jeune de la commune que l’on appelle le FOUAÏ, se cache dans les hautes herbes qui n’ont pas encore été coupées par le fermier (ceci serait une obligation morale) et les jeunes classards cherchent ce jeune FOUAÏ en effectuant les 3 tours du pré. Dès lors que le FOUAÏ est débusqué une course zigzagante s’enchaîne afin de le «choper» pour le rouler dans l’herbe puis lui faire goûter la fraîcheur de l’eau de La rivière DESGES qui longe ce pré du FOUAÏ !

L’année 2020 est très fortement marquée par le CoVid-19 : pandémie, confinement, crise sanitaire . . . pour lutter contre la propagation du virus, l’état a confiné le pays, interdit les manifestations culturelles et sportives, préconisé les gestes barrières comme la distanciation physique, le port de masque, le nettoyage et la désinfection des mains.

Alors ce conseil municipal fraîchement élu, décide de palier au manque de jeunes classards en assurant eux-mêmes le foulage du pré, en effectuant les 3 tours qui subsistent à l’érosion du temps ! C’est à 11h ce dimanche 31 mai, en respectant les gestes barrières, que le rendez vous est donné, tous masqués, les 7 conseillers présents, désignent Romain le plus jeune d’entre eux pour être « le trésor caché » et se lancent à sa poursuite.

Une intronisation particulière pour Sandrine nouveau maire, qui accompagnée de Romain, Julien, Nicolas, Pascal, Colette et Annie n’a pas hésité à participer à cette cérémonie particulière afin de permettre à la tradition de passer l’écueil de 2020, de survivre à ce virus et de perdurer pour les générations futures.